5 façons d’éviter que la solitude n’ait un impact sur votre perte de poids

5 façons d’éviter que la solitude n’ait un impact sur votre perte de poids

Nous savons que la solitude est mauvaise pour la santé. L’isolement social (terme utilisé par les chercheurs pour désigner la solitude) est associé à un risque accru de maladie cardiaque et d’accident vasculaire cérébral, sans parler d’un risque global accru de décès prématuré. En bref, le lien social est un élément crucial du bien-être.

C’est en partie ce qui rend si difficile l’isolement que beaucoup ressentent en raison de la pandémie. Mais tous ceux qui s’isolent ne se sentiront pas vraiment seuls, souligne Keri Kirk, docteur en psychologie clinique. Pourtant, la solitude est certainement en augmentation en temps de COVID, selon les enquêtes.

C’est un problème car nous savons que la solitude peut activer le dysfonctionnement de plusieurs systèmes de notre corps, y compris notre système immunitaire, dit Keri Kirk. Une étude de l’UCLA a montré que la solitude déclenche le système immunitaire d’une manière qui active les biomarqueurs inflammatoires. « L’inflammation s’est avérée être un facteur clé dans les maladies chroniques comme les maladies cardiaques, divers cancers et des choses comme l’asthme », explique Kirk. « Donc, essentiellement, la solitude chronique peut avoir un impact sur notre santé similaire à celui d’une maladie chronique ».

Comment la solitude influe sur la perte de poids

Cela pourrait augmenter les fringales et l’alimentation de stress. « Travaillant dans une clinique de gestion du poids, l’alimentation émotionnelle et de stress liée à la solitude et aux facteurs de stress de l’isolement est quelque chose que je vois tous les jours », dit Kayla Girgen, RD. « La nourriture est souvent utilisée comme un mécanisme d’adaptation pour apaiser les émotions négatives, mais elle n’offre qu’une solution temporaire ».

En effet, de nouvelles recherches montrent que de nombreuses personnes luttent contre le stress en mangeant et en prenant du poids lors de commandes de nourriture à domicile. Ces effets ont été observés de manière disproportionnée chez les personnes souffrant d’obésité. Cela pourrait s’expliquer en partie par le stress et les effets négatifs de l’isolement social sur la santé mentale, ont déclaré les chercheurs.

La responsabilité pourrait disparaître. « Pour les comportements liés à la santé, y compris le maintien du poids et les comportements alimentaires, les structures de responsabilité peuvent faire ou défaire le succès », explique Kirk. Et pour beaucoup de gens, la pandémie signifie que nos réseaux sociaux et nos systèmes de soutien ont été détraqués. Cela peut avoir eu un impact sur les structures de responsabilité préexistantes, comme les rencontres avec les copains de gymnastique ou les rendez-vous réguliers chez le médecin ou le coach en nutrition. « Avec des perturbations dans ces réseaux, il peut être facile de revenir à des habitudes alimentaires moins qu’optimales », ajoute M. Kirk.

Vos objectifs peuvent vous sembler plus difficiles à atteindre et moins importants. « Les personnes qui se sentent seules peuvent s’éloigner d’autres comportements sains, ou avoir l’impression que ces activités sont simplement plus difficiles », note Erin Wagner, RD. Par exemple, la préparation des repas ne semble peut-être plus faisable. Ce cycle peut être difficile une fois que vous êtes dedans : Vous ne vous sentez pas en aussi bonne santé parce que vous vous sentez seul, mais la solitude est alors associée à une diminution des activités qui vous font vous sentir en bonne santé. « En bref : la solitude fait que les autres objectifs de santé, y compris la perte de poids, se sentent plus difficiles ou moins importants ».

En outre, la motivation peut s’émousser lorsque certaines des récompenses attendues de la perte de poids ne sont plus pertinentes. Par exemple, le fait de ne pas pouvoir acheter de nouveaux vêtements ou d’avoir peu d’interactions en face à face où vos progrès pourraient être remarqués par les autres peut être démotivant pour certaines personnes, explique M. Girgen.

Le manque de motivation peut signifier que les vieilles habitudes peuvent revenir. « Les personnes qui se sentent seules ont tendance à avoir une perception plus faible de leur efficacité personnelle et de leur motivation », explique M. Wagner. « Le manque de contacts sociaux peut être lié à une perte de confiance en soi de la part des personnes qui vous soutiennent ».

« Sans le soutien des personnes qui comptent pour nous, nous ne nous rendons parfois pas compte que nous nous engageons ou nous renouons avec des habitudes qui ne sont pas si bonnes pour nous », dit Kirk. Se sentir seul peut accroître le stress, ce qui nous amène à chercher des aliments que nous trouvons réconfortants pour faire face à la situation. « Se sentir seul peut également avoir un impact sur la motivation à faire de l’exercice ou à pratiquer d’autres comportements de centrage comme la pleine conscience ou la méditation ».

Comment savoir si vous luttez contre la solitude

Il n’est pas toujours facile de déterminer si vous êtes simplement isolé ou si vous ressentez une véritable solitude. Un signe important est le sentiment de ne pas avoir assez de contacts sociaux dans votre vie, dit Kirk. Mais il y a d’autres signaux. « Étant donné que la solitude peut aggraver les symptômes d’autres problèmes de santé physique et mentale, il est important de faire attention à son corps et à tout changement que l’on a remarqué au fil du temps », dit Kirk. « Par exemple, la solitude peut mettre en évidence des symptômes de dépression – même chez des personnes qui n’ont jamais été diagnostiquées auparavant – qui peuvent inclure une humeur sombre, un manque d’intérêt pour des activités agréables, des changements dans l’appétit ou le sommeil et de la fatigue ». En bref, si vous remarquez des changements d’humeur combinés à un manque de satisfaction dans votre environnement social, vous pouvez ressentir les effets de la solitude, selon Kirk.

Si vous avez besoin de quelque chose de plus concret, posez-vous quelques questions de réflexion simples pour évaluer votre situation actuelle, suggère Wagner. Il pourrait s’agir de quelque chose comme Sur une échelle de 1 à 10, où en suis-je actuellement avec mon…

  • La vie sociale ?
  • L’énergie ?
  • Conditionnement physique ?
  • Nutrition ?
  • Santé mentale ?

Selon M. Wagner, le fait de commencer par des questions de base comme celles-ci permet de mieux comprendre et d’approfondir la réflexion.

Comment faire face à la solitude

Parler avec un professionnel de la santé qui peut vous donner des conseils personnalisés est toujours un excellent point de départ, mais vous pouvez aussi essayer de mettre en œuvre ces stratégies :

1. Parler de ce qui est différent

Prétendre que rien n’a changé peut rendre plus difficile l’adaptation à une nouvelle réalité. « Il est important de parler du changement et de normaliser la discussion à ce sujet pendant une pandémie, qu’il s’agisse de changements dans la vie, dans le travail ou dans le corps et l’esprit », explique Kirk. « Parler de changement et de solutions potentielles peut vous aider à vous sentir plus à l’aise avec les transitions inattendues ».

Si vous êtes confronté à la solitude, le fait de la partager avec d’autres peut vous aider. « J’ai remarqué que les clients sont plus enclins à dire que la solitude est une chose avec laquelle ils se battent en général », dit Wagner. « Je pense que le fait de normaliser la façon dont nous nous sentons tous seuls donne aux autres l’impression qu’ils peuvent en parler ouvertement sans porter de jugement ». De plus, le fait de partager vos objectifs avec les autres pourrait vous aider à perdre du poids plus rapidement.

2. Trouver des distractions saines

Si vous êtes aux prises avec des fringales et un stress alimentaire, envisagez de vous livrer à des activités qui peuvent vous distraire de ces fringales, comme faire une promenade, lire un livre ou écouter un podcast drôle ou plein de suspense, suggère Kirk. « Plus important encore, pour combattre un sentiment de solitude, vous voulez aller vers un sentiment de connexion. Alors, en plus de faire cette promenade, parlez à un ami ou appelez un être cher pendant que vous faites ces pas ».

Si vous ressentez la fatigue de Zoom, pensez à envoyer des lettres à vos amis et à votre famille par courrier postal. « L’écriture peut être thérapeutique et vous permettre de vous connecter sur votre temps libre », explique M. Wagner. Mieux encore : « L’accueil d’un animal peut être un moyen positif de faire du bénévolat et de se blottir dans le confort de sa propre maison ». Bonus : un chien peut être un excellent partenaire d’entraînement pour vous aider à perdre du poids.

3. Considérer ce dont vous avez vraiment besoin

Avant de se tourner vers la nourriture pour faire face à des émotions négatives, il peut être utile de se poser des questions : Quelle est la seule chose que je pourrais faire maintenant pour me sentir mieux ? « Cela peut être aussi simple que de lire un article, d’écouter votre chanson préférée, de tendre la main à un ami ou de prendre un bain chaud », dit Wagner. Ce dont vous avez vraiment besoin pourrait être un petit gâteau (et il est préférable de ne pas faire d’aliments totalement interdits), mais vous pourriez trouver que d’autres choses aident aussi, qui vous donnent l’impression de reprendre le contrôle. « Souvent, le fait de prendre cette première mesure peut contribuer à renforcer la confiance dans votre capacité à prendre d’autres mesures positives », explique M. Wagner.

4. Changer les choses

« Nous pouvons devenir physiquement stagnants lorsque nous sommes confinés à la maison », souligne M. Girgen. « Suivez votre routine d’hygiène habituelle et assurez-vous de changer de temps en temps votre pantalon de yoga ou de survêtement pour un jean ou un pantalon de dessus ». Si vous passez normalement du temps à vous déplacer, par exemple, au lieu d’ouvrir votre ordinateur pour travailler à la seconde où vous vous réveillez, essayez de passer quelques minutes à créer une nouvelle habitude saine comme méditer ou écrire ce dont vous êtes reconnaissant.

5. Se connecter à votre « Pourquoi »

« Il est important d’avoir un but lorsque l’on établit des objectifs de santé », note Erin Kenney, RD, LDN. Idéalement, cet objectif doit être profond. « Si votre objectif est de perdre du poids et que vous vous concentrez sur un chiffre sur la balance, cela peut devenir décourageant et augmenter l’anxiété », explique Kenny. « Concentrez-vous sur la façon dont vous vous sentez en regardant des mesures comme la digestion, l’énergie, l’humeur et en étant créatif dans la cuisine ».

6 façons de tirer profit de la marche consciente

6 façons de tirer profit de la marche consciente

Les avantages de la marche sont bien documentés : une routine quotidienne de marche peut améliorer la condition cardiovasculaire, réduire le risque de maladie cardiaque, perdre du poids et gérer des conditions comme l’hypertension, l’hypercholestérolémie et le diabète. De même, la pleine conscience peut réduire le stress, freiner les fringales et améliorer le niveau d’énergie. Combinée, la marche consciente est une pratique qui favorise la santé mentale et physique.

Qu’est-ce que la marche consciente ?

La prise de conscience consiste à être présent dans le moment présent et à sensibiliser à une activité donnée. Plutôt que de se concentrer sur le nombre de kilomètres à parcourir ou sur le rythme à adopter, la marche consciente consiste à faire attention à son corps et à être plus conscient de la nature et de l’environnement qui l’entoure. Se concentrer sur sa respiration, sur la façon dont son corps se sent et bouge, sur la brise fraîche qui souffle sur son visage et sur la façon dont ses bras et ses jambes travaillent à l’unisson pour s’équilibrer et se propulser vers l’avant sont autant d’aspects de la marche consciente. Une attention accrue à ces éléments peut vous aider à améliorer vos performances et votre santé.

Les avantages de la marche consciente

  • Amélioration de l’humeur : Les recherches montrent qu’une marche consciente sur plusieurs jours peut réduire les troubles psychologiques comme la dépression et l’anxiété, tout en stimulant l’humeur générale.
  • Diminution du niveau de stress : Le stress chronique peut avoir des conséquences négatives sur la santé à long terme, comme la prise de poids, les problèmes digestifs et les maladies cardiaques. Des recherches ont montré que la marche consciente peut réduire le stress psychologique ; les personnes qui ont passé 10 minutes de marche consciente (et 40 minutes de marche au total) huit fois sur quatre semaines ont signalé une réduction des symptômes de détresse psychologique et une amélioration de leur qualité de vie globale.
  • Un lien plus fort entre le corps et l’esprit : En vous concentrant sur vos mouvements, votre respiration et vos sensations pendant la marche, vous améliorerez le lien entre votre corps et votre esprit. Cette relation peut vous aider à apprendre quand vous pouvez vous pousser plus fort, et quand vous devez reculer pour éviter une blessure inutile.
  • Amélioration des performances : En vous concentrant sur ce que vous faites au lieu de vous laisser distraire par les distractions pour vous aider à faire votre entraînement, vous aurez plus de chances de vous concentrer sur la réalisation de vos objectifs. Les recherches montrent que la visualisation est un outil important pour améliorer vos performances.

6 conseils pour une marche consciente

Apprendre à être attentif pendant vos promenades demande de la patience et de la pratique, mais ces conseils peuvent vous aider à réussir. Intégrez au moins une promenade de réflexion par semaine et construisez à partir de là.

1. Fixer une intention

Avoir un objectif avant la marche peut aussi être un bon moyen de se rappeler ce que l’on veut accomplir et de rester motivé. Cela peut être lié à la forme physique, par exemple perdre du poids ou se muscler, ou tout simplement être reconnaissant de pouvoir être à l’extérieur et de profiter de la nature tout en faisant de l’exercice. De même, fixer des objectifs liés au perfectionnement de votre forme, à l’amélioration de votre technique de respiration ou même à l’adoption d’une attitude mentale plus positive peut vous aider à tirer le meilleur parti de votre entraînement et à améliorer vos performances. De plus, les recherches montrent que le fait de partager vos objectifs avec d’autres personnes peut vous aider à les atteindre plus rapidement.

2. Choisir une voie de paix

Bien que ce ne soit pas obligatoire, un sentier, un parc ou un autre environnement serein est utile, surtout si vous êtes du genre à vous laisser distraire facilement. Passer plus de temps dans la nature est lié à la réduction du niveau de stress. Prenez donc le temps de remarquer à quoi ressemblent les arbres, de sentir les parfums frais et de rechercher les animaux sauvages ou les détails que vous auriez pu manquer.

3. Se concentrer sur une chose à la fois

Il peut être facile de laisser toutes les choses que vous voulez faire (ou votre liste croissante de choses à faire) vous causer un stress supplémentaire. Pour éviter que vos pensées ne s’égarent, entraînez-vous à être attentif à une chose à la fois. Tour à tour, concentrez-vous sur quelque chose comme la nature (les arbres verts, le soleil qui brille) ou sur un exercice plus spécifique, comme le balancement ou la cadence de votre bras.

4. Se recentrer si vous vous trouvez à la dérive

Il est courant d’être pressé de terminer un entraînement, surtout lorsque vous avez d’autres obligations. Si vous avez du mal à vous vider l’esprit, voici quelques mesures que vous pouvez prendre pendant que vous marchez pour vous recentrer :

  • Concentrez-vous sur quelque chose de simple. Il peut s’agir de vos pieds qui touchent le sol ou de la façon dont votre poids se déplace d’un côté à l’autre. Une autre option pourrait être de réfléchir à votre posture, en marchant debout avec un cœur engagé, et à la façon dont cela vous semble différent lorsque vous êtes fatigué et que vous avez tendance à vous pencher.
  • Faites attention à l’un de vos sens. En particulier, concentrez-vous sur un sens que vous ignorez souvent, comme l’odorat ou l’ouïe. Ne laissez pas non plus quelque chose de désagréable comme la circulation vous déranger, car le plus important est d’être conscient.
  • N’oubliez pas de respirer. L’une des façons les plus simples de vous centrer et d’être dans l’instant est de vous rappeler de respirer. Se concentrer uniquement sur les inspirations, les expirations et la façon dont l’air circule dans votre corps vous relie à l’activité et à l’environnement d’une manière que vous ne réalisez peut-être pas.

5. Laissez vos écouteurs à la maison

Oui, vous pouvez faire de l’exercice ici et là en profitant de la musique, d’un podcast ou d’une autre distraction pour vous mettre en forme. Bien que cela soit parfois acceptable, compter sur des distractions pour la majorité de vos promenades peut finalement nuire à votre performance. Lorsque vous vous entraînez à la marche consciente, vous voudrez vous préoccuper de vos sentiments, de l’efficacité de vos foulées et de la création d’un calme dans le corps. Il est pratiquement impossible d’y parvenir en écoutant de la musique ou en se concentrant sur les détails de ce que vous devrez faire le lendemain au travail. Choisissez au moins deux jours par semaine pour marcher sans distractions et voir comment vous vous sentez.

6. Trouver la gratitude

Une fois votre promenade terminée, prenez le temps de réfléchir à toutes les choses positives que vous avez tirées de votre entraînement. Remarquez à quel point vous vous sentez bien et félicitez-vous d’avoir fait quelque chose de positif pour votre santé et votre bien-être. Étirez les muscles endoloris ou douloureux et accordez un peu plus d’attention aux zones qui n’étaient pas bien pendant votre marche en appliquant du glaçage ou de la mousse. Être en harmonie avec votre corps et reconnaître ce dont vous avez besoin pour continuer à avancer demain vous aide à rester dans un état d’esprit positif.

Se débarrasser de la stigmatisation liée au poids

Se débarrasser de la stigmatisation liée au poids

Il n’est pas surprenant que des études montrent que des objectifs comme manger plus sainement, faire plus d’exercice et perdre du poids sont les principales résolutions du Nouvel An. À en juger par la difficulté notoire de tenir ses résolutions, il se peut que ce soient les mêmes objectifs que ceux que vous avez fixés l’année dernière – et de nombreuses années auparavant.

Si vous n’avez pas atteint les objectifs que vous vous étiez fixés l’année précédente, vous n’êtes pas seul. Le message qui prévaut à cette époque de l’année est qu’il faut plus de volonté et de maîtrise de soi pour réussir, mais ce n’est pas le bon message. C’est la réalité : Une stratégie de résolution mensuelle peut vous permettre d’aller beaucoup plus loin que le doublement du même plan qui n’a pas fonctionné la dernière fois.

Si vous avez pris la résolution de mincir, vous connaissez probablement déjà les outils de base dont vous avez besoin pour démarrer – une application utile comme MyFitnessPal, des méthodes de suivi des objectifs, des aliments nutritifs et peut-être de nouveaux équipements d’entraînement. Mais il y a un autre élément important qui ne figure probablement pas dans votre liste d’outils indispensables : Un plan pour lutter contre la stigmatisation liée au poids.

Qu’est-ce que la stigmatisation du poids ?

« La stigmatisation du poids est une forme de discrimination basée sur le poids d’une personne », explique Emma M. Laing, PhD, RDN, professeur associé clinique et directeur de la diététique à l’université de Géorgie à Athènes. « Elle perpétue l’idée que les corps plus minces sont plus précieux, plus disciplinés, plus sains et plus dignes d’attention – et nous savons que c’est tout simplement faux ».

Pourtant, les représentations stéréotypées des personnes de grande taille sont courantes dans les films et les émissions de télévision, et de nombreuses personnes sont confrontées à des piqûres basées sur le poids et à la discrimination à l’école, au travail et même dans les cabinets médicaux. Les croyances sous-jacentes et erronées suggèrent que les gens ont un contrôle absolu sur leur poids, que les personnes plus lourdes sont responsables du leur, et le fait de le souligner les motivera certainement à maigrir.

Cependant, « des décennies de recherche ont montré que ces perceptions sont fausses », déclare le Dr Aderonke Omotade, médecin en médecine interne et psychiatre certifié par le conseil d’administration, spécialisé dans la gestion du poids et la stigmatisation. La vérité est que le poids est déterminé par une multitude de facteurs, dont certains sont hors de votre contrôle, comme la génétique et les conditions de santé sous-jacentes comme l’hypothyroïdie. Contrairement à ce que certains peuvent penser, des commentaires comme « Pourquoi ne pas commander une salade » ou « Vous devriez faire plus d’exercice » ne font pas que blesser les sentiments, ils rendent également plus difficile pour une personne de se mettre en bonne santé.

Pourquoi la stigmatisation du poids rend plus difficile la réalisation des objectifs de santé

La façon dont vous vous sentez par rapport à votre poids peut avoir un impact majeur sur votre capacité à adopter des habitudes saines sur le long terme. Lorsque vous entendez constamment que vous êtes en mauvaise santé ou paresseux, vous avez tendance à intérioriser des sentiments de stigmatisation et de honte. Si vous ne pensez pas que vous en valez la peine, il est difficile de pratiquer les soins personnels nécessaires pour devenir en meilleure santé, comme préparer des repas sains ou lutter contre l’anxiété liée à la pratique du sport, explique Katie Rickel, PhD, psychologue clinique et PDG de Structure House, un centre résidentiel de gestion du poids à Durham, en Caroline du Nord.

Pire encore, la discrimination liée au poids a été associée à des luttes contre l’anxiété, la dépression, une faible estime de soi et une mauvaise image corporelle. « Les personnes qui se sentent stigmatisées sont plus susceptibles d’adopter des comportements malsains de contrôle du poids, comme la restriction alimentaire et la frénésie alimentaire », explique M. Omotade. Cela augmente le risque de troubles alimentaires et rend encore plus difficile l’atteinte des objectifs de santé.

La stigmatisation liée au poids pourrait également entraîner une détérioration de la santé physique et une réduction de la durée de vie, même après avoir tenu compte des effets de l’indice de masse corporelle (IMC). Cela pourrait être dû à un stress chronique, qui déclenche des niveaux excessifs de l’hormone du stress, le cortisol, et une inflammation dans votre corps. Lorsque vous êtes stressé, les envies d’aliments réconfortants à forte teneur calorique augmentent et les sensations de plénitude diminuent. En ce sens, la stigmatisation du poids en soi peut en fait provoquer une prise de poids. C’est pourquoi, cette année, un bon point de départ consiste à prendre la résolution de lutter contre les préjugés liés au poids, pour votre santé et celle de vos proches.

Comment faire face à la stigmatisation liée au poids ?

  1. FAITES L’INVENTAIRE DE VOS PRÉJUGÉS

Première étape : Reconnaître comment vous pouvez vous stigmatiser ou stigmatiser les autres en fonction de votre poids, suggère Omotade. Posez-vous la question : Est-ce que je fonde ma valeur et mon estime de soi sur mon poids ? Comment ai-je jugé les autres et moi-même sur la base de mon poids ? Pourquoi ces jugements sont-ils erronés, et quelle est la vérité ? Lorsque vous identifiez des hypothèses ou des croyances nuisibles liées à un préjugé lié au poids, vous pouvez commencer à les abandonner.

  1. SÉPAREZ-VOUS DE VOTRE POIDS

Avant même de vous lancer dans un voyage de santé, il est essentiel de vous considérer comme une personne digne d’amour, de soins et d’attention, dit Rickel. Cela ne signifie pas que vous devez être satisfait de votre poids ou de votre taille, mais vous devez décider de vous valoriser, quel que soit le chiffre sur la balance. Un mantra utile que vous pouvez vous dire à vous-même : Je ne suis pas mon poids.

  1. RECADREZ VOTRE OBJECTIF DE PERTE DE POIDS

La santé et le poids ne font pas qu’un, dit Laing. Pour améliorer sa santé mentale et physique, il faut adopter de nouvelles habitudes de vie et se responsabiliser, et non pas atteindre un certain chiffre sur la balance. C’est pourquoi il faut envisager d’échanger l’objectif de « perdre du poids » contre celui de « devenir plus sain ». Ensuite, divisez-le en mini-objectifs que vous pouvez enregistrer et suivre pour maintenir votre motivation. Réfléchissez : Augmentez votre consommation de fruits et de légumes, ajoutez une activité physique agréable à chaque jour, intégrez l’autosoin à votre routine pour réduire le stress et créez une routine au coucher pour avoir un sommeil de qualité.

  1. TROUVEZ VOS POM-POM GIRLS

Plus vous vous entourez de personnes qui vous inspirent et vous encouragent à prendre des décisions favorables à la santé, plus il est facile d’atteindre vos objectifs. « Trouvez des personnes qui partagent vos idées et qui peuvent soutenir les nouvelles habitudes que vous créez sans vous faire honte pour le mode de vie que vous avez peut-être mené par le passé », suggère M. Rickel. Suivez les personnes qui ont une influence positive sur le corps, rejoignez les communautés en ligne sur la santé et la forme physique comme MyFitnessPal, recrutez des membres de votre famille et envisagez de faire appel à un diététicien pour travailler sur votre relation avec la nourriture. Si vous pensez avoir des problèmes d’alimentation, il est toujours bon d’en parler à votre prestataire de soins.

6 façons de simplifier votre programme minceur

6 façons de simplifier votre programme minceur

Au début d’un processus de perte de poids, vous êtes souvent très motivé et prêt à revoir complètement votre régime alimentaire et votre programme d’exercices pour perdre des kilos. D’un autre côté, si vous essayez de perdre du poids depuis longtemps avec des résultats mitigés, il est compréhensible que vous cherchiez quelque chose de nouveau à essayer. Dans les deux cas, il est facile de surcompliquer vos efforts pour perdre du poids, mais rester simple est une stratégie plus intelligente.

« Les gens compliquent la perte de poids parce qu’ils pensent que plus ils s’attaquent au problème, plus ils ont de chances de réussir », explique Rachel MacPherson, entraîneur personnel certifié et coach en nutrition physique. En réalité, vous vous préparez souvent à l’épuisement et vous rendez encore plus difficile l’atteinte et le maintien de vos objectifs de perte de poids.

Si vous vous sentez dépassé par une approche trop compliquée de la perte de poids, voici six signes qu’il est temps de simplifier :

1. En faire un mode de vie durable

« Les gens ont tendance à graviter autour des régimes à la mode qui attirent les adeptes avec la promesse d’une perte de poids rapide, mais beaucoup de ces régimes sont extrêmement compliqués, difficiles à réaliser et encore plus difficiles à maintenir dans le temps », explique Claudia Hleap. Pire encore, si vous perdez du poids, vous connaissez souvent une reprise de poids dès que vous reprenez vos habitudes alimentaires habituelles, et vous pourriez vous retrouver piégé dans un cycle frustrant de régimes yo-yo.

La solution : Libérez-vous complètement des régimes restrictifs et concentrez-vous sur de petits changements durables que vous pouvez maintenir à long terme, suggère M. Hleap. Par exemple, augmentez votre consommation de fibres pour vous sentir plus rassasié plus longtemps en mangeant plus de céréales complètes, de fruits et de légumes, remplissez votre assiette avec des légumes peu caloriques et non amylacés comme les légumes verts à feuilles, les carottes et les courgettes, et bougez davantage en faisant une promenade quotidienne ou en suivant un nouveau cours d’entraînement.

2. Il n’a pas de « mauvais » aliment

Dans le monde des régimes, il semble qu’il y ait toujours un nouveau « mauvais » aliment à éliminer de votre liste de courses. Le pain, le fromage et même les fruits ont tous été sur la liste des « non » selon certains régimes à la mode, et les glucides et les graisses, en général, sont souvent vilipendés. En réalité, tous les groupes d’aliments font partie d’un plan de perte de poids sain, explique Jinan Banna, PhD, RD, professeur associé de nutrition à l’université d’Hawaii, à l’adresse Mānoa. Il est important de nourrir son corps avec des aliments sains pour développer les muscles et satisfaire sa faim tout en créant un modeste déficit calorique afin de perdre lentement des kilos (Pensez : un maximum d’environ 1 à 2 livres par semaine).

La solution : Plutôt que de supprimer des groupes d’aliments, engagez-vous dans une meilleure stratégie : « Choisissez plus judicieusement les groupes d’aliments », dit M. Banna. Remplissez votre panier d’épicerie avec des glucides riches en fibres comme le quinoa, l’avoine et les pains et pâtes à grains entiers ; des sources de protéines maigres comme le poulet, la dinde, les œufs, le saumon, le porc et le filet de bœuf ; et des graisses saines comme les huiles végétales, les beurres de noix, les graines et le poisson.

3. Faites vos courses sans stress

Si la création d’une liste de courses vous stresse et que vous vous sentez inquiet et anxieux en allant au magasin ou que vous passez trop de temps à lire chaque étiquette d’ingrédient, vous compliquez votre plan d’alimentation, explique Sarah Asay.

La solution : Réduisez votre stress en sautant la plupart des allées de l’épicerie et en faisant vos courses dans le périmètre, dit-elle. C’est là que vous trouverez des produits frais, des protéines, des produits laitiers, des produits secs comme les haricots, les céréales et les noix en vrac, ainsi que des aliments complets surgelés – tous des éléments de base d’une alimentation saine qui peuvent aider à la perte de poids.

4. Eviter les produits amaigrissants

Les produits amaigrissants populaires comme les thés de désintoxication et les pilules brûle-graisse peuvent sembler offrir une solution rapide, mais ils sont souvent coûteux, inefficaces et peuvent même contenir des ingrédients cachés et dangereux. Les gens sont amenés à croire qu’il y a une certaine « magie » dans la perte de poids et qu’ils ont besoin d’un produit spécial pour pouvoir atteindre leurs objectifs, mais en fait, l’approche n’est que le simple conseil qu’ils ont entendu pendant des années », explique M. Banna.

La solution : Bien que les changements de style de vie doivent toujours être au premier plan de votre plan de perte de poids, note Banna, vous pouvez bénéficier de l’exclusion des conditions médicales qui pourraient rendre la perte de poids plus difficile. Envisagez de parler à votre médecin ou à un diététicien agréé qui peut vous aider à créer un plan personnalisé pour vous aider à atteindre vos objectifs spécifiques.

5. Laisser une marge de manoeuvre

Bien que manger pour perdre du poids signifie parfois apporter un côté sain à un repas-partage ou préparer un déjeuner nutritif à apporter au travail, il n’est pas nécessaire de stresser sur les choix de nourriture et de boisson chaque fois que vous mangez en dehors de chez vous. Si vous êtes constamment inquiet à l’idée de manger au restaurant, c’est peut-être le signe que vous devez revoir votre relation avec la nourriture.

La solution : « Permettez-vous de profiter de toutes les choses, en gardant la modération à l’esprit », dit Asay. Par exemple, offrez-vous un repas au restaurant plus agréable, puis équilibrez le tout avec un plan de repas plus sain le lendemain. Abandonner la mentalité du « je suis au régime » pour se concentrer sur un « mode de vie sain » contribue à vous éviter de vous sentir privé ou comme si vous manquiez quelque chose et vous permet de prendre plus facilement des décisions saines la plupart du temps, explique Asay.

6. Séparer les calories consommées des calories brûlées

Si vous pensez que vous ne pouvez pas manger de brownie sans faire un certain nombre d’exercices pour brûler ces calories, vous compliquez la perte de poids, explique M. MacPherson. Vous pourriez également créer une relation malsaine avec la nourriture et ralentir votre métabolisme. La perte de poids ne devrait pas inclure une punition lorsque vous mangez de « mauvais » aliments ou un calcul constant de ce que vous devez faire pour suer chaque calorie que vous mangez et buvez.

La solution : Concentrez-vous sur la consommation d’une majorité d’aliments entiers et sains, avec de la place pour les plaisirs et ne faites de l’exercice que si vous en profitez pour vous sentir bien, grâce aux endorphines et aux bienfaits pour la santé. N’oubliez pas que la perte de poids et l’alimentation saine ne sont pas du tout ou rien : la constance est plus importante que la perfection.

Les régimes miracles pour perdre du poids

Les régimes miracles pour perdre du poids

Ce que je m’apprête à te révéler n’est pas très bon pour mes affaires. Ni pour celles du fit game… même si ce n’est pas la première fois que je le dis.

Les régimes ne sont rien d’autre qu’un traquenard. Destiné à te faire perdre et reprendre du poids. Encore et encore… pourquoi? Pour la modique somme de 20 euros par mois – et oui, ils sont malins!

L’énorme problème de ces régimes? Ils ne t’expliquent JAMAIS pourquoi ce qu’ils te proposent fonctionne – à juste titre. Si tu le savais, tu n’aurais pas de besoin de leurs services – et in-compétence.

Ils inventent des « techniques » « révolutionnaires » comme les points chez WeightWatchers, les repas à domicile chez les autres…

Tout ça dans le but de te faire payer encore et encore, tout en culpabilisant sur ce poids que tu n’arrives pas à perdre.

Je vais te donner le « secret ». Comment perdre du poids?

Le secret, c’est qu’il n’y a pas de secret.

La « recette » est connue depuis très longtemps, mais tout le monde cherche à l’ignorer, à trouver quelque chose de plus facile, plus gourmand… Sauf qu’à faire ça, on s’y perd.

Aller, je te donne la réponse à une industrie qui pèse plusieurs millions – milliards?

Petit déjeuner: une omelette. 2–3 œufs, du lard, des légumes.

Pour changer: des pancakes au flocon d’avoine.

Midi et soir: combo gagnant: viande, féculent complexe et légumes.

Quelques idées:

  • Poulet, quinoa, épinard
  • Viande hachée, riz brun, brocolis
  • Thon, haricot rouge, maïs

Pas de grignotage. Que des boissons à calories nulles: eau, café, thé

Ce n’est en aucun cas un régime. C’est une somme de repas sains.

La difficulté? Aucune. Mais c’est bien moins sexy que tout ce qu’on te vend à la télé, ça c’est sûr.